Auschwitz et Birkenau, la Shoah la terreur et la folie humaine

La centralité du camp d’Auschwitz-Birkenau (1942-1944)
À Auschwitz-Birkenau, l’emploi de zyklon B (qui tue 36 fois plus rapidement que le monoxyde de carbone) est testé sur des prisonniers soviétiques dès le 3 septembre 1941. Début 1942, le commandant du camp, Rudolf Höß, reçoit verbalement l’ordre de Himmler de faire du camp, idéalement situé à un nœud ferroviaire, le principal centre de l’extermination des Juifs déportés de toute l’Europe. Plusieurs Krematorium y sont construits, associant les chambres à gaz à des fours crématoires de grande capacité destinés à faire disparaître les corps. Auschwitz et Birkenau, la Shoah la terreur et la folie humaine
Enfin, la centralité symbolique d’Auschwitz dans la mémoire est complexe. D’une part, devenu la « métonymie de toutes les victimes du nazisme », il est cependant une anomalie puisqu’il est le seul des lieux de l’extermination à associer un camp de concentration au centre de mise à mort. Il symbolise d’autre part le génocide, alors que « le cœur de la judaïcité européenne, Juifs de Pologne et d’Union soviétique a été tué ailleurs »

[source : WIKI : SHOAH ]

Auschwitz et Birkenau, la Shoah la terreur et la folie humaine

L’affermazione più profonda che sia mai stata pronunciata a proposito di Auschwitz non fu affatto un’affermazione, ma una risposta.
La domanda: « Ditemi, dov’era Dio, ad Auschwitz? ».
La risposta: « E l’uomo, dov’era? ».

[W.C.Styron]

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *